Top

Jour 5. Nous allons à la rencontre de l’Histoire d’un célèbre et magnifique château. C’est le plus beau des châteaux que je connaisse. Il s’agit de Chenonceau.

Le château de Chenonceau

Je suis fascinée par son architecture. Lors de la visite, j’apprends que le premier château, au XII et XIIIème siècles, était de type médiéval, dont il ne subsiste que le donjon : la Tour des Marques. Il a été ensuite façonné en 3 temps au cours du XVIème siècle. Ce qui est intéressant c’est que ce sont les femmes qui sont à la manoeuvre.

1517 – Le logis de Katherine Briçonnet

A cette époque, le château est précédé d’une avant-cour, d’une tour maîtresse un peu sur le côté et d’un ensemble en carré. C’est la vision du château en arrivant par l’entrée principale sur les photos ci-dessous.

1547 – La galerie Diane de Poitiers

Souhaitant aménager de nouveaux jardins sur l’autre rive, Diane de Poitiers demande à l’architecte Philibert de L’Orme de construire un pont galerie au-dessus du Cher. La galerie fait 60 mètres. Une vrai salle de bal avec un sol tout en damier.

J’adore cette idée et c’est ça qui fait de ce château une belle oeuvre architecturale.

1559 – Les travaux de Catherine de Médicis

Après avoir chassé Diane du château, Catherine de Médicis entreprend des travaux d’amplification du projet de pont existant. Elle y érige 2 galeries destinées à augmenter la capacité d’accueil du château. Et voilà, à peu près, le château tel que l’on peut l’admirer aujourd’hui.

Les cuisines

Les cuivres scintillent sous les voutes des cuisines du château. C’est impressionnant ! Même la théière a un air de fête.

Le salon Louis XIV et le cabinet des estampes

Je ne suis pas très chambres des rois et reines très surchargées, avec lits à baldaquin, mais certains éléments attirent quand même mon attention. Je remarque cette cheminée, dans le salon Louis XIV, ornée d’une salamandre et d’une hermine, souvenir de François Ier et de la reine Claude de France, royalement sobre !

Plus loin, le cabinet des estampes, retrace sur ses murs, les différentes esquisses du château.

Je ne résiste pas, au cours de la visite, à regarder sous différents angles, les contours du château. C’est grandiose.

Le siècle des lumières et Louise Dupin

« L’esprit délibère et le coeur conclu ». A noter, au XVIIIème siècle, le passage remarqué de Louise Dupin à Chenonceau. Elle y tient un salon où elle s’entoure des écrivains des lumières comme Voltaire, Rousseau ou Montesquieu.

Elle sauve le château de la Révolution en prouvant que celui-ci n’a jamais été un domaine royal et permettant aux révolutionnaires d’y bruler tous les symboles de la royauté.

Les jardins et dépendances du château

Les jardins qui entourent le château prennent des formes très géométriques. Ingénieux systèmes, les terrasses, surélevées au-dessus du Cher, protègent les jardins des crues.

Plus loin, en reprenant l’allée principale, le domaine de Chenonceau s’est doté d’un nouveau jardin en hommage à Russell Page, auteur des planches originales qui ont inspiré le sculpteur François-Xavier Lalanne et qui donne un petit côté artistique à l’ensemble.

La visite se termine par l’exposition sur le château pendant les 1ère et 2de guerres mondiales, la ferme, les attelages et de jolis jardins. Fin de cette escapade.

post a comment